Halo … mais halo quoi !?,

…   Et même  pas honte pour le titre !

Sur Youtube, je regarde beaucoup  les vidéos de maquillages.

Une couleur pour la paupière mobile, une pour le creux, une pour le coin externe, une pour le coin interne, une sous le sourcil, une pour estomper, un bronzer  pour faire du contouring, un highlighter pour éclairer le visage  ….

Je les regarde, fascinée,  jongler avec leurs pinceaux et leurs fards et je me dis souvent « Tiens, je vais essayer de faire ça moi aussi! « 

Les maquillages ressemblent souvent à ça sur les vidéos :

Au final, devant ma glace, ça finit  invariablement comme ça :

Eh oui, je ne suis pas douée pour jongler avec tout ça !

Je n’ai pas pour autant renoncé à me maquiller mais je me contente de faire des halos.

Un halo, c’est mettre un seul fard sur la paupière mobile et estomper un peu les bords.

C’est tout.

De temps en temps, je fais du bi-colore avec un autre fard sur la partie extérieure, ou d’un trait de liner ou de crayon estompé  selon mon humeur mais pas plus.  Mon indispensable, c’est le mascara (et un coup de gel transparent sur les sourcils)

Sur le visage, j’ajoute un coup de blush sur mon fond de teint, voire, dans les cas de sale tronche extrême, un peu de bronzer.

Le correcteur et l’anti-cernes, c’est rare.

Le rouge à lèvres, je le mets dans le tram en partant au boulot

Vous me direz : « Où veux-tu en venir avec tout ça ?

En fait, je n’ai pas envie de me prendre la tête le matin, j’essaye juste de me donner bonne mine (ou de ne pas avoir la tête d’une déterrée), je ne me prépare pas pour un défilé de mode ou pour un shooting avec un photographe. Je préfère le simple, rapide et efficace.

  Je me rends compte aussi que, grande consommatrice de vidéos de maquillage sur Youtube pendant longtemps, je les délaisse de plus en plus.

Je ne me reconnais pas dedans.

Les maquillages proposés (très élaborés) , les produits utilisés (très souvent chers et qui ne me conviennent pas) dont les revues éclosent partout suivant la mode du moment , tout cela commence à me laisser froide, voire à m’agacer un peu.

Les vidéos que je regarde le plus actuellement sont celles sur les tops/ flops, les produits finis (ça peut donner des idées) et surtout les vidéos de Lisa Eldridge,  une maquilleuse pro anglaise dont l’approche simple et  pleine de bon sens du maquillage sont u délice à regarder.

Je sais que certaines vont me lapider à coup d’illusions d’ombres de Chanel ou de LipButter de chez Revlon ou, pour les plus remontées, à coup de boxes-beauté …

Ce n’est pas grave :  comme je l’ai déjà dit précédent :  « Keep calm, it’s only make-up « 

😉

Et pour revenir à ma réflexion de départ :

DEPECHE MODE- Halo (1990)

Premier souvenir en musique …..

Jouflette (et ses zamis) fait régulièrement partager ses premières fois sur son blog.
La semaine dernière, le thème était  » première fois …. premier souvenir en musique »  
Et ça m’a parlé.  

J’avais 6 ans et, durant cet été, j’ai passé beaucoup de temps immobilisée. 
Les fins d’après-midi, il y avait croque vacances avec Isidore et Clémentine mais, en attendant, j’avais droit aux clips vidéos en non-stop sur RTL.
Plusieurs clips m’ont beaucoup marqués. Je n’en ferai pas une liste exhaustive, ce serait trop long.
Et il y avait ce clip. 
Une histoire de Cendrillon revisitée sauce texane avec 3 marraines fées courtes vêtues et une superbe voiture rouge en guise de carrosse.
Je rêvais alors que cette histoire m’arriverait en vrai quand je serai plus grande….. et que je m’habillerai un jour comme ces filles.
C’est reste à l’état de rêve mais ça m’a donné le goût des comédies romantiques tellement  cul-cul mais qui réchauffent bien, surtout en hiver avec un thé, un pyjama et tout autre truc moche mais tout doux tout chaud.

Et ce clip, c’est ……

ZZTOP- Legs

ZZ Top – Legs par ZZTop-Official

Je ne dois pas être une vraie fille (mauvaise foi inside)

 (Nota :  oui, je sais, je fais toujours une fixette sur Day of the Tentacle mais c’est pas ma faute, pour moi, c’est le jeu le plus mieux du monde!)

Je me rends compte que, au fond de moi, je ne dois pas être une « vraie fille ». Je devrais plutôt dire que je ne suis pas « Girly » pour 2 ronds. 
D’accord, je concède que j’adore les romans à l’eau de rose et les films bien romantiques mais y’a des limites à ce que je peux endurer.

LES CUPCAKES  

 Cette mode pâtissière me laisse totalement de glace.
C’est quoi, tout d’abord, un cupcake (connais ton ennemi) ? Les cupcakes, ce sont ces petits gâteaux au glaçage et à la décoration colorés qui nous viennent d’outre atlantique.
Il paraît que c’est à la mode, que c’est bon …. 
J’ai testé pour pour mourir idiote, j’ai détesté : ça m’a tellement écœuré que je n’ai pas réussir à le finir (c’est pourtant pas bien gros) 
Pour moi, ça se résume donc à un gâteau surmontée d’une couche de crème et/ ou de glaçage sucré à mort et bourré de colorant. 
Rien que d’en voir, je sens la crise de foie et les caries arrivées au grand galop. 
LES PAILLETTES  

Les paillettes, en maquillage, on a du mal à y couper. Vernis, fards à paupières, blush, rouge à lèvres, la paillette est partout.
Dommage pour moi, j’aime pas. 
Les vernis pailletés, c’est galère à enlever sans y passer la bouteille de dissolvant
Les fards à paupières pailletés, ça chute tellement que tu en as dans les cernes, voire jusqu’aux joues (et avoir les cernes façon boules à paillettes alors que tu fais tout pour les cacher, c’est pas top)
Dans les poudres et blush, ça sublime les brillances de ta peau grasse que tu cherches absolument à cacher.
Pourtant, j’aime bien le glam rock (on fait pas plus paillettes et lamés que ça) :

 

 LE GLOSS

 Je l’ai déjà dit plusieurs fois sur ce blog : je n’aime pas le gloss. 
Il parait que c’est sympa pour faire des lèvres naturellement brillantes mais moi je trouve que, la plupart du temps, ça fait « j’ai trop mangé de confiture et je m’en suis foutue partout ». 
En plus, ça colle, ça a souvent un goût infâme et ça ne tient pas plus 10 minutes. 
Si tu veux connaître les autres raisons, vas faire un tour ICI
 LA LAINE MOHAIR 
(fallais bien que je parle quand même un peu de laine, je suis une tricot-pouffe après tout) 
 
 Le mohair, c’est doux, c’est chaud, c’est moelleux, c’est idéal par les temps qui courent.
Certes.
Mais quelle galère à tricoter !
Le fil est fin, fragile (il se casse comme un rien), pelucheux et malheur si vous faites une erreur : impossible à détricoter.
Je me suis fait un boléro avec une laine de ce type : je n’ai jamais été aussi contente de le terminer! 
Plus jamais ça! 
Pour conclure, je vous fait partager une pensée philosophique issue des réseaux sociaux :
Une vraie femme a toujours une maison propre
et bien rangée, le panier à lessive vide et pas de repassage qui
s’entasse, un bon petit plat qui mijote et les enfants impeccables. Elle
est maquillée, bien coiffée, parfumée tous les jours. Elle mange
beaucoup de légumes, évite les pizzas, ne boit pas et se comporte
parfaitement. Copie ce statut si toi aussi, comme moi, tu commences à
croire que tu es un homme !
  

Procrastination est mon second prénom

La procrastination (ou l’art de remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui) commence à devenir une façon de vivre récurrente chez moi. 
La preuve, ça fait un mois que je n’avais pas posté sur ce blog.
Pourtant, j’essaye de lutter : je fais des « to-do-lists » (ou listes de trucs à faire) mais à part s’allonger de jour en jour, ça ne sert pas à grand chose. 

Ca doit être le changement de saison.

Ces derniers temps, pas envie de bouquiner quoi que ce soit et, à part le askew, mes autres tricots en-cours (le GRR, le slow line et le snood pour ma nièce) ne bougent pas d’un rang sur mes aiguilles.
En même temps, c’est l’automne et j’ai plutôt envie de glandouiller de cocooning, avec les jours qui raccourcissent et le temps gris qui est de retour (ça je suis vraiment contente, j’aime le soleil à doses homéopathiques et je peux ressortir ma garde-robe de mi-saison)

Et ma diète cosmétique s’est terminée comme tous les régimes :  après moultes frustrations, on finit toujours par craquer! 
Autant il y a des produits qu’on regrette de terminer et qu’on économise pour les finir le plus tard possible, autant certains n’en finissent pas de se terminer et on a l’impression qu’ils se remplissent à nouveau quand on ne les regarde pas. 
Mais quand (enfin) on les vide complètement, quelle joie (ça peut paraître bête mais quel bonheur de jeter le flacon vide à la poubelle) 
Tout ça pour dire que, ayant terminé un mascara (victoire!), je me suis autorisée à aller chez KIKO il y a peu de temps :  j’en suis ressortie avec 2 mascaras (mais j’en avais fini un et ils étaient en promo), une ombre à paupière (oui mais je n’avais pas cette couleur), un rouge à lèvres (cf excuse précédente) et un vernis à ongles (idem). 

Vernis N° 226
Rouge à lèvres Velvet Mat- Satin Lipstick n°612    
En plus, tous les mardis, je passe devant chez Yves Rocher, vu que j’avais une réduction, et que je cherchais un fond de teint pour les moments de flemme plus léger que mon HD de chez Make Up Forever, j’ai craqué pour leur nouvelle crème sublimatrice qui-fait-tout-sauf-le-café (non, ce n’est pas une vrai BB crème mais plutôt une crème teintée) et qui parfaite pour moi : pas jaune, s’applique en coup de cuillère à pot (sans en mettre 2 tonnes)  et ne me fait pas ressembler au Phare d’Ouessant dans la journée.
   
Merci de ne pas me rappeler que je ne voulais plus acheter de fonds de teint, ce n’en est pas un, d’ailleurs, c’est rangé dans la catégorie « soins du visage » chez notre ami Yves (vous pouvez aller vérifier ICI).  
Pour conclure, je me rends compte que j’arrive toujours à trouver une excuse à tout !
(qui a dit « mauvaise foi? »)
    

A la diète depuis 2011 : le bilan !

Nota : cette image reflète mon état d’esprit actuel et n’a rien à voir avec la choucroute 
En 2011, j’avais pris la résolution de me mettre à la diète au niveau des cosmétiques :  je crois qu’il est temps d’en faire le bilan et de l’étendre au reste. Et surtout que c’est le défi du lundi de My Beauty.
– Ne racheter un produit que lorsque je ne l’ai plus en réserve :
– Ne racheter un produit que lorsqu’il ne m’en reste que la moitié dans celui en cours.

– N’acheter un produit que lorsque je n’en n’ai pas déjà un équivalent dans ma trousse make up (pour éviter les doublons)


– N’acheter un produit que lorsque j’en
ai vraiment besoin et qu’il me convient, pas parce que tout le monde
« han, il FAUT avoir ça pour être in » (je fonctionne déjà comme ça pour
les fringues, à moi de faire la même chose en cosméto/ make up)


Par exemple, je ne vais plus acheter (pour le moment ou définitivement)  :


– de fonds de teint fluide/ crème (définitevement je n’aime pas)


– de correcteurs, mascaras, poudres, fards à paupières, blushes, rouges à lèvres, glosses …..


– crème de jour/ contours des yeux/ pour le corps.


– shampoings, gels douche etc etc


Pour tout ça, j’ai de la réserve!  


Au final, je ne m’en sors pas trop mal.

1/ Mes réserves diminuent.
Doucement mais sûrement et deviennent même
inexistantes au niveau maquillage. En effet, j’ai décidé de ne racheter
un produit que lorsque celui du même type est à moitié fini. Donc ça
évite le sur-stockage (sauf quand je vais acheter un truc chez Yves
Rocher et que c’est période du « 2 pour 1 » …. mais ça reste encore
gérable)

2/ Je deviens fidèle. 
Fidèle à des produits qui ont fait leur
preuve, donc rien ne sert d’en changer car on sait toujours ce qu’on
quitte, pas ce qu’on va trouver.
Je peux citer en vrac :
Les
fonds de teint 
: Face Architect Shu Uemura en 364/ Fond de Teint HD de
MUFE en 115/ Fond de teint base double fonction The Body Shop.
Actuellement, c’est celui de MUFE et le compact poudre de TBS (à cause de la chaleur)
Mes soins visage : crème jour et sérum aloe vera The Body Shop, Eau Précieuse, savon d’Alep
Le déo Safe and Clear de chez Balea, vu que la Pierre d’Alun me file de l’eczéma.

Les démaquillants pour les yeux Yves Rocher en normal et waterproof :  après en avoir essayer plein (Sephora, Essence, Balea ….), je reviens à celui que j’ai eu pendant des années.

3/ Je deviens raisonnable.
Je n’ai pas craqué pour la Naked 2 (j’ai déjà la majorité des teintes de fards qui la composent) , je n’ai pas encore visité la boutique Kiko qui a ouvert  au centre-ville en juillet (la chaleur, ça ne pousse pas à sortir), je suis capable d’aller au DM sans acheter de maquillage (samedi, je suis resté bête devant les stands maquillage « ça j’ai déjà, ça j’ai encore….. bref, rien ne me tentait)

4/ Je fais des listes. 
Et pas que pour le make-up :  pour les fringues, la laine, les livres, les jeux PC ….
Je regarde sur les sites internet, je note ce qui me fait envie et ce dont j’ai besoin.
C’est fou quand on écrit les choses et qu’on les voit en vrai, au final, on ne les achète pas forcément.
Pour la laine, je note l’échantillon et le métrage dont j’ai besoin pour un modèle et je cherche. Ca évite les achats inutiles.
Pour les livres, je n’achètent que ceux que je suis sûre de lire et relire avec autant de plaisir.
Pour les jeux PC, je suis adepte des jeux Nice Prices et surtout de Good Old Games (je ne suis pas adepte des nouveautés qui coûtent 60 €)
  
Avec toutes ces petites choses, je me rends compte que je fais des économies et ça c’est une bonne chose!
Je me rends compte que je gère mieux mes achats. 

 

Previous Older Entries

Blog Stats

  • 3,196 hits